La pensée biologique a connu de grandes évolutions et de profondes révolutions, pas toujours bien comprises ou admises par le grand public. Le biologiste Ernst Mayr décide de publier en 1982 une Histoire de la biologie afin de remettre un peu d’ordre dans la tête du plus grand nombre.

UNE BELLE HISTOIRE DE LA BIOLOGIE

Si certaines choses nous semblent aujourd’hui évidentes. comme l’existence de dizaines de milliers d’espèces d’animaux et de plantes, des tropiques aux pôles, le fait que des animaux et des plantes totalement différents de ceux d’aujourd’hui ont vécu au cours des temps préhistoriques, l’idée qu’il existe des êtres vivants invisibles à l’œil nu ou encore que les tissus des animaux et des végétaux sont composés d’unités fondamentales, cela n’a pas toujours été le cas. C’est l’histoire de ces découvertes scientifiques majeures eue retrace le livre d’Ernst Mayr The Growth of Bio-sThought: Diversity, Evolution and Inheritance, paru chez Harvard University Press en 1982, et traduit en français en 1989 chez Fayard. Il peut sembler superflu de se replonger dans l’histoire de ces grandes découvertes. et pourtant, nous avons encore tant à apprendre et tant à comprendre sur l’histoire des idées traitant des êtres vivants et de leur évolution que ce livre reste absolument indispensable.

LA THÉORIE NÉODARWINIENNE

Cette Histoire de la biologie est composée de quatre grandes parties. Dans la première, Ernst Mayr décrit à grands traits la nature et l’histoire globale de la biologie. Dans la deuxième, il retrace l’histoire de l’exploration du monde vivant. Dans la troisième, la plus étoffée et la plus complète, il relate la genèse de l’idée d’évolution des espèces jusqu’à Darwin et expose ce qu’est la théorie néodarwinienne en vigueur aujourd’hui. Enfin, dans la quatrième partie, il décrit l’histoire de la génétique, d’Aristote à Mendel et à la double hélice de ‘.’ADN, pour étayer l’idée que l’évolution des espèces n’est rien d’autre que l’évolution de leur pro-gramme génétique. Mais ce livre est aussi et surtout ’.’histoire des idées émises par les biologistes pour e p puer F existence des êtres vivants, passés et pré-sur la terre, idées qui ont abouti à la révolution ir.’.e’f ectuelle lancée par Charles Darwin en 1859. L’h>: : ire de la biologie est ici l’histoire de ceux qui Font faite.

UN BIOLOGISTE DE L’ÉVOLUTION
Err< r e>i reconnu unanimement comme l’un des plus grands biologistes évolutionnistes du xxe siècle. Né er. ‘. – – en Allemagne, il fait des études de médecine. puis se tourne vers les sciences naturelles, et spécialement l’ornithologie. Il devient alors biologiste, ornithologue, généticien et historien des sciences. Entre 1928 et 1930. il fait trois expéditions dans les îles du Pacifique pour étudier les oiseaux. Dans les années trente, influencé par un ami généticien russe.
le biologiste commence à s’intéresser à la biologie de l’évolution. Mayr aurait été le premier à parler de programme génétique (ADN) en biologie dès 1961. En 1931, Mayr quitte l’Allemagne pour les États-Unis. De 1930 à 1960, il écrit une série d’articles et de livres qui le feront reconnaître comme l’un des fondateurs du néodarwinisme, également connu sous le nom de théorie synthétique de l’évolution, une extension de la théorie de Darwin intégrant les mécanismes de l’hérédité sur lesquels travaillait Mendel.

UNE PENSÉE TRÈS ACTUELLE

En 1942, Ernet Mayr publie son premier ouvrage grand public, Systematics and the Origin of Species. Cet ouvrage, combinant les raisonnements de la génétique et de l’histoire naturelle, aboutit à une théorie moderne de l’évolution, connue sous le nom de néodarwinisme. L’idée est que les espèces d’animaux et de plantes n’ont pas été créées à l’origine du monde et ne sont pas restées fixes, mais qu’elles changent constamment et engendrent de nouvelles espèces, changements dus à la sélection naturelle mais aussi à la génétique. C’est ainsi que l’espèce humaine est apparue il y a quelques millions d’années, issue d’une espèce de singe ancestrale. Ernst Mayr doit sa renommée entre autres à ses travaux sur la génétique mendélienne et sur l’évolution darwinienne. Naturellement, ce néodarwinisme n’est pas un aboutissement mais bien une hypothèse, largement débattue aujourd’hui. La lecture de ce livre est donc vitale si l’on souhaite comprendre la teneur des débats actuels.

UN OUVRAGE DE RÉFÉRENCE

Ernst Mayr est décédé aux États-Unis le 3 février 2005. En tant que père fondateur du néodarwinisme, il est soit l’ennemi à abattre, soit le maître à penser. Quoi qu’il en soit, il reste l’un des plus grands biologistes du xxc siècle. C’est poussé par son intérêt pour l’histoire et la philosophie des sciences que Mayr a entrepris d’écrire cette Histoire de la biologie, dont François Jacob a pu dire que « c’est un livre sans égal dans sa manière lucide et critique d’expliquer la genèse et l’évolution des idées qui ont conduit à la biologie moderne ». Son Histoire de la biologie est devenu un ouvrage de référence, qu’il faut avoir lu pour comprendre et les grandes découvertes qui ont bouleversé notre connaissance du vivant, et les idées qui ont mené au néodarwinisme, puisque, écrit à la fin de sa carrière, ce livre est une synthèse de sa pensée, au même titre que son dernier livre, Après Darwin – la biologie, une science pas comme les autres, paru en France seulement un an avant sa mort.